La naturopathie

"La naturopathie est un ensemble de méthodes de soins visant
à renforcer les défenses de l'organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques''.

Contrairement à une idée reçue, la naturopathie n’est pas une pratique récente. Au contraire, elle a puisé ses racines dans l’antiquité et de grands personnages en ont établi les fondements, mais aussi démontrés les nombreux bienfaits.
 

 

Hippocrate, (460-377 avant JC) considéré comme le père fondateur de la médecine était un grand médecin Grec. A l’époque, il prônait déjà les premières pensées idéologiques de la naturopathie :


 

« Que ton alimentation soit ta seule médecine »
« L’homme doit harmoniser l’esprit et le corps »
« Si tu es malade, recherche d’abord ce que tu as fait pour le devenir »


 

On lui attribue les principes fondamentaux de la naturopathie suivants :
- Primum non nocere : D’abord, ne pas nuire .
- Vis medicatrix naturae : Suivre la nature guérisseuse par l’alimentation, la phytothérapie, l’aromathérapie...
- Tolle causam : Traiter la cause (en médecine allopathique, ce sont souvent les symptômes qui sont traités)
- Docere : Enseigner (le principe d’éducation de santé)
- Home totus, Tolle totum : Considérer l’homme dans sa globalité, une approche holistique (du corps et de l’esprit)
- Deinde, purgare : Drainer, détoxiquer l’organisme.
- Arcéo : Prévenir

A partir du XVI° siècle, Descartes, Newton et Lavoisier  font des découvertes scientifiques en physique- chimie, qui vont profondément et durablement métamorphoser la vision globale de la médecine. A partir du raisonnement cartésien, le monde occidental va alors chercher à tout démontrer par le biais de l’analyse scientifique. Et c’est à partir de cette époque, que ce qui sera démontrable deviendra vérité et que tout ce qui ne sera pas scientifiquement prouvé, ne sera plus considéré comme vrai. L’approche cartésienne va alors prendre une place dominante et procédera à la division entre le corps et le psychisme.

 

Au XIX° siècle, le prêtre allemand Sébastien Kneipp rejette la médecine conventionnelle et se soigne lui-même de la tuberculose. Il travaille sur l’action thérapeutique de l’eau et sur les effets de certaines plantes. A l’époque, son action ne sera pas soutenue par les médecins et pharmaciens, qui le critiqueront majoritairement. Aujourd’hui, l’hydrothérapie est toujours utilisée pour la prévention et le traitement de certains troubles.


 

« L’eau que le Créateur a offerte à l’humanité et des plantes choisies du règne végétal forment l’essentiel pour guérir les maladies et redonner la santé au corps ».
« Tout ce dont nous avons besoin pour rester sains, la nature nous l’a donné en abondance ».

Au même moment en France, le médecin et physiologiste Claude Bernard (1813-1878) fait des découvertes sur les mécanismes de la digestion. Une fois de plus, sa vision divergente et modernisatrice irrite, mais ça ne l’empêchera pas de décrocher en 1848, le prix de physiologie générale pour sa découverte des fonctions digestives du pancréas. C'est à cette époque qu'il commence à comprendre le rôle du foie dans la régulation de la glycémie. Il poursuivra alors ses recherches sur l'appareil digestif, sur le système nerveux et la circulation. Il est alors à l’origine du terme « homéostasie » si chère à la
médecine mais aussi à la naturopathie, qui résulte en la capacité d’un organisme à maintenir son équilibre physiologique interne, malgré les contraintes extérieures.

Au XX° siècle, aux États-Unis, le Dr Tilden (1851-1940) commence à s'interroger sur l'utilisation de médicaments pour guérir de la maladie. Sa palette de lectures, spécialement d'études médicales issues d'Écoles de Médecine européennes, et ses propres réflexions le conduise à la conclusion qu'il doit y avoir un moyen de vivre de façon à de ne pas développer de maladies. A cette période, il formule et développe sa pensée sur la toxémie. Il met alors en pratique sa théorie qui consiste à nettoyer le corps des poisons toxiques, puis de permettre à la nature de guérir, enseignant à ses patients comment vivre sans créer de condition toxique pour garder un corps sain, libre de maladie. A cette époque, les pensées du Dr Tilden ne reçurent aucun appui du corps médical, mais plutôt l’opposition et la condamnation la plus vive.

En France, le Dr Paul Carton (1875-1947) va poser les bases de la médecine naturelle. Selon lui, toutes les maladies proviennent d’un système immunitaire rendu déficient par une mauvaise hygiène (alimentation, cadre de vie, activités physiques, mentales, sociales, professionnelles...). Il reproche alors à la médecine de l’époque, alors marquée par les découvertes de Pasteur, de songer à traiter uniquement les symptômes des maladies, plutôt que leur origine. Tout comme Tilden, son approche consiste à désintoxiquer l’organisme en stoppant les comportements nuisibles pour la santé.

C’est en 1935, que le biologiste Pierre Valentin Marchesseau (1911-1944) va fonder la Naturopathie contemporaine. Considéré par ses pairs comme le pionner de la Naturopathie en France, il prendra en compte tout au long de son parcours profondément humaniste, l’être dans toutes ses dimensions. C’est lors d’un séjour aux États-Unis qu’ il rencontre des personnalités qui vont fortement le sensibiliser aux pratiques de Naturopathie qui y ont cours. Pour lui, il n’est pas question de se passer des progrès de la médecine allopathique, en particulier en chirurgie, mais plutôt de la remettre à une place juste et raisonnable, c’est à dire principalement curative. Il imagine alors un triangle ayant pour base la
naturopathie ; au centre, l’homéopathie et à son sommet, l’allopathie. Si la base est solide, il ne devrait pas être nécessaire de consommer des médicaments en abondance.

Pour André Passebecq (1920-2010), Naturothérapeute de renom, la santé correspond à l’état normal de l’être humain et les troubles de santé, sont des manifestations d’un effort du corps pour se rétablir. Plus nous sommes en santé et plus nous sommes capables de faire face aux agressions internes et externes. A 29 ans, il guérit d’un ulcère gastrique sévère après avoir consulté un naturopathe de Grande Bretagne. Durant de longues années, il enseignera la naturopathie aux médecins à la faculté de Bobigny.

 

Robert Masson (1914-2016) a 15 ans lorsqu’il est diagnostiqué souffrant d’une grave maladie cardiaque. La médecine le condamne alors à 3 années d’espérance de vie. Dès lors, il ne cesse de se documenter pour trouver les causes de sa maladie. Ce sont les méthodes de santé naturelles qui vont lui permettre de guérir. Il consacrera alors son temps à l’étude des plantes et aux méthodes de nutrition et de régimes alimentaires. Sa vocation est trouvée : la Naturopathie. Il est aujourd’hui l’auteur de nombreux ouvrages, a participé à de nombreuses conférences et congrès et a créé l’École Robert Masson dont la renommée a franchi nos frontières.